• Vous voyez

      

     

     

    La mort n’est rien,

    je suis seulement passé, dans la pièce à côté.

    Je suis moi. Vous êtes vous.

    Ce que j’étais pour vous, je le suis toujours.

     

    Donnez-moi le nom que vous m’avez toujours donné,

    parlez-moi comme vous l’avez toujours fait.

    N’employez pas un ton différent, ne prenez pas un air solennel ou triste.

    Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.

     

    Priez, souriez, pensez à moi, priez pour moi.

     

    Que mon nom soit prononcé à la maison

    comme il l’a toujours été,

    sans emphase d’aucune sorte,

    sans une trace d’ombre.

     

    La vie signifie tout ce qu’elle a toujours été.

    Le fil n’est pas coupé.

    Pourquoi serais-je hors de vos pensées,

    simplement parce que je suis hors de votre vue ?

    Je ne suis pas loin, juste de l’autre côté du chemin.

     

    Vous voyez, tout est bien.

     

     


  • Commentaires

    1
    Samedi 1er Juillet à 12:45

    je connais ce poeme bien souvent dit lors de célébration  pour des defunts 

    triste mais beau  

    2
    Samedi 1er Juillet à 12:57

    une belle création avec un très beau poème que j'aime beaucoup 

    gros bisous de ton amie

    Béa

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :